Cahier des charges

Introduction

Avant le début des travaux, le promoteur constructeur procède au tracé des ouvrages, à la détermination des points de niveaux, conformément aux plans de l’architecte et aux remarques imposées par les autorités compétentes dans le permis d’urbanisme. Le tracé des ouvrages sera contrôlé avant le début des travaux.

Pour l’établissement de nos offres de base, le terrain est supposé de niveau à l’endroit de l’implantation de la construction et le niveau du terrain naturel est supposé à environ +/15 cm par rapport au niveau fini du rez-de-chaussée.

L’architecte réalisera un contrôle des niveaux dont il sera tenu compte dans la remise du prix définitif.

Les fondations proposées dans les offres de base ont fait l’objet d’une étude générale de stabilité par un bureau d’études spécialisé dont les calculs sont basés sur un bon sol d’une capacité porteuse de 1,5 Kg/cm2.

Pour établir le prix définitif, il sera toujours préalablement procédé à un essai de sol dont le coût est compris dans le prix ainsi qu’à une étude spécifique de stabilité également comprise dans le prix.

Les fondations définitives seront déterminées par le bureau d’études en fonction des résultats de l’étude de sol et des niveaux du terrain. Les éventuelles modifications de prix par rapport à l’offre de base seront calculées pour l’établissement du devis et du contrat définitifs.

Le client veillera à ce que tous les véhicules nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise puissent approcher sans difficulté du lieu des travaux (placement des tuyaux dans les fossés, enlèvement des clôtures).

Le terrain est censé être exempt de roche, de nappe aquifère, de béton ou de tout autre obstacle imprévisible.

Un accès au chantier (de largeur +/3,50 m et de longueur maximum 10,00 m) est prévu en empierrement d’une épaisseur moyenne de 20 cm, si possible à l’emplacement de la future rampe d’accès au garage.

Les raccordements aux réseaux d’électricité, d’eau, de gaz, d’égouts, de téléphone et de télédistribution ne font pas partie de l’entreprise, sauf stipulations contraires.

Ils devront être commandés et payés par le client aux régies intéressées et ce en temps utile pour la bonne marche du chantier.

Un module de raccordement est prévu.

Pendant la durée des travaux, la fourniture de l’eau et de l’électricité incombe au client qui prendra toutes les dispositions nécessaires à cet égard avant le début des travaux.

Gros-oeuvre

TERRASSEMENTS MÉCANIQUES

Les terrassements sont réalisés en fonction des indications du plan.

Les terres provenant de ces terrassements seront mises en tas sur place à l’endroit choisi par l’entreprise.

TERRASSEMENTS MANUELS

Ces terrassements concernent les rigoles de fondation et les tranchées pour égouts.

Ces terrassements sont exécutés manuelle- ment ou mécaniquement selon les indications des plans de l’architecte ou du bureau d’études.

FONDATIONS

Chaque cas fait l’objet de l’étude de stabi- lité prévue dans le prix. Elles sont réalisées avec une dalle de sol dont la composition est reprise ci-dessous :

- Sans sous-sol

La dalle de sol est constituée en béton C25/30 d’une épaisseur de 12 cm avec un treillis de diamètre 5 mm, mailles 150 x 150 mm. Elle est pourvue d’un pied de gel (non armé) d’une largeur de 40 cm ainsi que les renforts néces- saires sous les murs porteurs.

- Avec sous-sol

La dalle de sol est constituée en béton C25/30 d’une épaisseur de 20 cm avec un treillis de diamètre 8 mm, mailles 150 x 150 mm ainsi qu’un renfort sous murs porteurs (en diamètre 8 mm, mailles 150 x 150 mm sur une largeur de 1 m).

Les maçonneries de fondation sont réalisées de la façon suivante :

  1. Ces maçonneries sont réalisées en blocs de béton lourd dont la résistance à la compression sera de 120 kg/cm2 minimum.
  2. Les joints des maçonneries destinées à rester apparentes sont repressés et lissés à plat au fur et à mesure de l’avancement.
  3. La hauteur des maçonneries de fondation est de 2,20 m pour les caves et/ou ga- rages avec une hauteur libre sous plafond de +/- 2,10 m.
  4. Des aérations en PVC (T diam. 110) sont placées dans les caves (nombre suivant devis). La protection contre l’humidité des maçon- neries en sous-sol est réalisée de la façon suivante :
  5. Cimentage et coaltar : la maçonnerie des caves est protégée de l’humidité sur toute la face en contact avec les terres (côté extérieur du bâtiment) au moyen d’un cimentage et de deux couches d’émulsion bitumineuse (type coaltar).
  6. Les murs de fondation sont en outre protégés extérieurement par une membrane d’étanchéité type « Platon » xée à l’aide d’attaches spéciales contre l’arrachage.
  7. Une protection supplémentaire de type Geogum ou similaire d’une largeur d’un mètre est prévue en bas de maçonnerie.
  8. Un drain périphérique est prévu sur son pourtour, constitué d’un pro l en PVC complété par un massif de drainage d’une épaisseur de 30 cm (concassé) entouré d’un voile non tissé appelé géotextile (dont le rôle est d’éviter le colmatage du drain avec les nes particules qui peuvent être entraînées par les eaux de ruissellement).
  9. L’eau récoltée est évacuée vers le réseau d’égouttage ou si ceci n’est pas possible, vers un puisard (la pompe de relevage éventuellement nécessaire fera l’objet d’une proposition de prix dans le devis dé nitif).

PROTECTION CONTRE L’HUMIDITÉ

En sus des points repris ci-dessus, il est prévu un visqueen armé (ou membrane d’étanchéité type « Diba ») qui est placé sous le premier tas de blocs de manière à arrêter l’humidité capillaire éventuelle provenant des fondations.

Une deuxième barrière d’étanchéité est placée en « S » dans la maçonnerie d’élévation entre le premier tas de briques et le premier tas de blocs, ainsi qu’aux linteaux des baies extérieures.

Des joints évidés sont laissés pour assurer l’assèchement du creux des murs.

HOURDIS

En fonction de la conception de la maison, les hourdis couvrent les caves, le rez-dechaussée et l’étage (description au devis).

Ils sont en béton de type ECHO ou similaire, calculés par les soins du fabricant selon les normes en vigueur.

Ils sont mis en œuvre suivant les prescriptions de la firme qui les produit. Pour les planchers couvrant le rez-de-chaussée et l’étage (en fonction de la conception et du devis), le remplissage des creux entre hourdis et une chape de +/- 3 cm de béton créent la table de compression pour renforcer la rigidité des hourdis et limiter l’apparition de fissures dans les plafonds.

MAÇONNERIE EXTÉRIEURE EN ÉLÉVATION

Les maçonneries extérieure présentent un coefficient d’isolation U = +/- 0,24 W/m².K.

Les murs extérieurs ont une épaisseur de +/- 37 cm.

Les maçonneries en élévation sont de type mixte composées :

  • d’une brique de façade de premier choix type « faite main » posée en panneresse de module 21/10/6,5 à choisir dans la gamme traditionnelle des entreprises Wienerberger ou Vandersanden selon liste reprise en annexe ;
  • une coulisse ventilée de +/- 3 cm ;
  • d’une isolation thermique composée de panneaux en polyuréthane de 10 cm (sauf combles perdus) ;
  • d’un bloc de terre cuite de 14 cm d’épaisseur.

La liaison entre la partie extérieure et la partie intérieure des maçonneries est réalisée au moyen de crochets en acier galvanisé avec chevilles synthétiques.

Toute autre conception des murs extérieurs peut être étudiée pour autant qu’elle soit conforme aux règles de l’art et qu’elle ré- ponde aux normes en vigueur (isolation). Il en est de même pour le choix du matériau de parement. Le devis définitif sera établi en fonction du choix du client.

Le rejointoyage du parement en briques se fera obligatoirement à posteriori dans une teinte préalablement choisie par le client parmi les échantillons proposés (maximum 3 échantillons) en essai sur la maison.

La brique au niveau du linteau des baies extérieures est posée horizontalement sur une cornière de support

MAÇONNERIES INTÉRIEURES

Les murs porteurs sont réalisés en blocs de terre cuite de 14 cm d’épaisseur.

Les cloisons non portantes seront réalisées en blocs de plâtre d’une épaisseur de 10 cm

Les maçonneries des locaux non-plafonnés sont rejointoyées à plat au fur et à mesure de l’avancement.

Maçonneries de cheminée pour feu ouvert : (selon devis).

La cheminée du feu ouvert est réalisée en maçonnerie de blocs entourant un boisseau préfabriqué en terre cuite ou en béton de section intérieure 19 x 19.

Une dalle en pierre bleue de 5 cm d’épaisseur est posée sur la souche

La souche de cheminée est recouverte d’ardoises artificielles (formats 27x40 ou 32 x 45, noires ou brunes). Cette finition en ardoises

est vivement conseillée pour des raisons d’étanchéité. Cependant, l’habillage des souches peut être réalisé en maçonnerie de briques identiques au parement extérieur moyennant adaptation du prix définitif.

PIERRE BLEUE

Les seuils de portes sont en pierre bleue de 5 cm d’épaisseur avec talon. Les seuils des châssis, des portes-fenêtres et de la porte de garage sont prévus en 5 cm d’épaisseur.

Le dépassant extérieur est muni d’une goutte d’eau et les chants sont meulés.

Les seuils sont placés avec un encastrement latéral de 5 cm.

Différents tours de portes peuvent être envisagés. Ils sont proposés en variante selon le plan de l’architecte et le souhait des clients.

ISOLATION

Les différents isolants prévus sont les suivants :

  1. Sol :
    10 cm de mousse polyuréthane projeté sur la dalle de sol du rez-de-chaussée ou sur les hourdis couvrant les caves.
  2. Coupures thermiques :
    Il est prévu une coupure thermique sous les blocs porteurs et cloisons en terre cuite. Il en va de même pour les acrotères en cas de toiture plates.
  3. Mur :
    Panneaux de 10 cm de polyuréthane (sauf combles perdus).
  4. Plafonds :
    Il est prévu 22 cm de laine de verre. L’isolation des plafonds fait partie du poste plafonnage.
  5. Menuiserie extérieure :
    Les châssis sont équipés de double vitrage à haute performance d’isolation thermique type Optima (Ug = 1,1 W/m².k).

OUVRAGES STRUCTURELS

Les ouvrages en béton armé sont réalisés conformément aux plans de l’architecte et selon leur destination.

Ils sont calculés, fabriqués et mis en œuvre selon les prescriptions et normes belges en vigueur. Les bétons apparents éventuels sont exécutés sur coffrages lisses.

Le béton utilisé est de type C25/30.

Les sections des poutrelles et cornières métalliques nécessaires à la construction sont conformes au plan de l’architecte, aux directives du bureau en stabilité et à leur destination.

Ces ouvrages sont protégés contre la corrosion avant leur pose à l’aide d’une peinture. Dans le cas d’une maison avec sous-sol, l’escalier de la cave vers le rez-de-chaussée est prévu en béton armé brut de décoffrage. Les limons et paillasses sont compris dans ce poste. Le revêtement éventuel des marches de même que leur lissage ne sont pas compris.

RÉSEAU D’ÉGOUTTAGE

Un réseau d’égouttage est prévu suivant les règles de l’art et les instructions régissant les installations.

Les canalisations sont en PVC de section adéquate.

Ce réseau comprend, outre les canalisations :

  • une citerne à eau en béton de 3.000 l avec une chambre de visite et couvercle simple fond en fonte, la citerne est reliée au bâtiment au moyen d’un socarex pour le raccordement de l’éventuel groupe hydrophore ;
  • 3 chambres de visite dont une disconnectrice, avec couvercles double-fond en fonte
  • 1 sterfput à cloche dans le garage ;
  • 1 attente pour l’éventuel caniveau à placer devant la porte de garage (lorsque le garage est en sous-sol).

Le raccordement à l’égout public éventuel n’est pas compris.

De même, la réalisation du puits perdu éventuellement nécessaire fait l’objet d’une proposition de prix.

Toutes impositions supplémentaires exigées éventuellement par l’une ou l’autre administration (par ex. dégraisseur, filtre bactérien, drain de dispersion, station d’épuration, fosse septique …) feront l’objet d’une proposition de prix dans le devis définitif.

MISE À LA TERRE

Ce poste comprend la réalisation d’une terre à fond de fouilles suivant le règlement général sur les installations électriques.

L’électrode de terre est réalisée au moyen d’une boucle de cuivre et plomb de 35 mm² de section, déposée à fond de fouilles sur le pourtour extérieur du bâtiment.

Cette boucle, d’une seule pièce, est déposée sur le terrain nu et recouvert de bonne terre.

NETTOYAGE ET NIVELLEMENT DES TERRES

A la fin des travaux, le terrain est nettoyé de tous les décombres et déchets de la construction. Les résidus non-inertes sont évacués par l’entreprise, les résidus inertes (béton, déchets de blocs, de briques, de tuiles, …) provenant de sa propre activité sont rassemblés par l’entrepreneur à l’emplacement désigné par le client et pourront servir pour constituer le coffre des éventuelles terrasses et accès.

En outre, un remblayage est prévu contre les fondations au moyen des terres provenant des terrassements (sur une largeur maximum de trois mètres).

Le nivellement des terres excédentaires ne fait pas partie du contrat; ces terres sont laissées sur place. Elles peuvent être embarquées selon décompte établi en fonction de la proximité d’une décharge.

Aucun autre aménagement d’abords n’est prévu sauf stipulations contraires à établir dans le devis définitif.

Toiture

CHARPENTE

La charpente est réalisée suivant le plan d’études et sa destination.

Charpente industrialisée :

Dans le cas de fermes de charpente préfabriquées, le bois utilisé est le sapin du pays ou le sapin rouge du nord premier choix traité par trempage contre les attaques de pourriture, de champignons ou d’insectes xylophages. Les fermes sont calculées et placées selon les indications du fournisseur spécialisé.

La résistance des fermes se calcule pour chaque habitation selon un espacement entre fermes de +/60 cm, en fonction de la portée, de l’inclinaison de la toiture et des charges à reprendre.

Charpente traditionnelle :

En cas de charpente traditionnelle (vernes et chevrons), le bois est du sapin du pays ou le sapin rouge du nord non raboté traité fongicide et insecticide par trempage.

Les sections sont établies suivant les sollicitations et la portée des éléments.

Les gîtes qui pénètrent dans les maçonneries sont recalées par le maçon.

MENUISERIE DE TOITURE

Planches de rive et de face

Ce poste comprend les planches de bas de versant (section 4/4’’x180) sur lesquelles sont xées les nochères et les planches de rive (section 4/4’’x125) sur lesquelles sont placées les tuiles de rive.

Elles sont en sapin rouge du nord, rabotées et traitées sur la face extérieure avec une couche de teinture de protection.

Dépassants de toiture

La partie sous dépassant éventuels des toitures est constituée d’un panneau rainuré méranti ép.12 mm type B-Clad.

COUVERTURE

Sous-toiture

La sous-toiture est un assemblage multicouches ultra résistant qui constitue une membrane à la fois étanche et respirante. Elle est posée sous le contre-lattage de section 12x32 en sapin du pays traité pour assurer la ventilation de la toiture.

Toiture

La toiture est réalisée en tuiles de terre cuite de marque Koramic type Actua ardoisé.

Elles sont posées sur des lattes de section 32x38 mm en sapin du pays traité, clouées perpendiculairement aux contre-lattes xées aux charpentes.

Les arêtiers, rives et faîtières sont prévues dans le même matériau et dans la même nition. Certains accessoires (mitrons de ventilations, ...) sont exécutés en PVC. Les tuiles faîtières sont posées à sec sur sous-faîtières en polyéthylène.

D’autres types de couvertures peuvent être envisagés selon le style de construction et le choix des clients : ardoises arti cielles, ardoises naturelles, tuiles en béton, tuiles en terre cuite petit format, ... Ce choix fera l’objet d’une proposition de prix dans le cadre de l’établissement du devis dé nitif.

ZINGUERIE

Les zingueries sont réalisées en zinc Vieille Montagne n° 12 ou 14 suivant destination.

Les gouttières sont de type MOPAC moulurées, fixées aux planches de rive à l’aide des attaches adéquates au nombre de 3 par mètre courant.

Les descentes sont de section ronde de diam. 80 mm, munies de colliers d’attache à charnières.

Au bas des descentes, le raccordement au tuyau d’évacuation est réalisé par une réduction en PVC.

Les noues, solins et contre-solins sont également réalisés en zinc.

La jonction entre l’habillage de l’éventuelle souche de cheminée en ardoises et la couverture est exécutée en zinc.

LUCARNES ET CHÂSSIS DE TOITURE

Les lucarnes éventuelles sont exécutées suivant les plans.

Les châssis de toiture seront à «ouverture par rotation » avec pro lés extérieurs en aluminium laqué de ton gris et double vitrage isolant normal et de dimensions reprises au plan d’exécution.

Menuiseries exterieures

CHÂSSIS

Les portes et fenêtres extérieures sont réalisées en P.V.C. extérieur structuré (teinte RAL) et intérieur lisse blanc.

Les pro ls sont à triple frappe avec chambre de décompression et joint d’étanchéité en néoprène souple.

Les battées pour vitrage sont drainées et les parcloses sont placées intérieurement.

Les quincailleries sont de première qualité et les parties visibles sont en métal électrozingué. Les clenches sont réalisées en PVC.

Les menuiseries extérieures peuvent aussi être réalisées en bois méranti ou en aluminium (avec adaptation de prix, sauf modèles spéciaux de portes d’entrée).

Un châssis par local est équipé d’un appareil ouvrant tombant.

Les quincailleries sont encastrées.

L’étanchéité entre les châssis et la maçonnerie est assurée par des joints de secomastic ou similaire. Les portes comprennent une serrure à cinq points de fermeture et une brosse d’étanchéité avec mécanisme de relevée lors de l’ouverture ou de la fermeture de la porte (kaltefeind).

Pour chaque plan, il est établi une o re de base qui reprend le type de porte d’entrée ainsi que les spéci cations des châssis selon la liste des abréviations ci-après :

  • O.S. : ouvrant simple ;
  • O.T. : ouvrant tombant ;
  • T. : tombant ;
  • D.T. : double ouvrant dont un ouvrant-tombant ;
  • F.D.C. : xe double cadre ;
  • F.S.C. : xe simple cadre ;
  • P.F. : porte-fenêtre ;
  • C. : porte levante coulissante double (latéral xe double cadre).

PORTE DE GARAGE

La porte de garage standard est de type sectionnelle non motorisée qui coulisse dans un rail de glissement xé au plafond sans débordement du plan de façade lors de tout mouvement.

Elle est constituée de panneaux doubles parois isolés 40 mm à rainures S, nition extérieure Woodgrain de couleur similaire aux châssis.

La fermeture est du type double verrouil- lage métallique (deux fermetures latérales basses).

La porte est équipée d’une serrure cylindrique avec poignée et deux clés.

En variante, d’autres propositions peuvent être étudiées :

  • porte acier ;
  • manœuvre à commande électrique.

DIVERS

Les volets ainsi que les croisillons ne sont pas compris dans l’entreprise, même s’ils sont repris au plan, sauf conventions contraires dans le devis descriptif.

Plafonnage

En sus du plafonnage, ce poste comprend l’isolation des plafonds et les cloisons en blocs de plâtre, sur plafonds et la marbrerie.

ISOLATION DES PLAFONDS EN SOUS-TOITURE

L’isolation des plafonds est réalisée par un matelas de laine de verre de 22 cm d’épaisseur.

Cette isolation est placée :

  • Dans le cas d’un bâtiment avec étage, aux plafonds des locaux de l’étage (suivant le pro l de la charpente) ;
  • Dans le cas d’un bâtiment sans étage (combles perdus), aux plafonds des locaux du rez (au niveau de l’entrait des fermettes préfabriquées) ;
  • Dans le cas d’un bâtiment avec étage aménageable non aménagé, aux plafonds des locaux du rez (soit posée sur hourdis, soit au niveau de l’entrait des fermettes préfabriquées).

Le poste « isolation des plafonds » comprend également la réalisation du lattage nécessaire à la pose des plaques de gyplat (sauf dans le cas d’un isolant posé sur hourdis).

PLAFONNAGE DES MURS ET PLAFONDS

Murs, cloisons et plafonds des pièces habitables :

Les murs et plafonds reçoivent un enduit réalisé en une couche lissée d’un mélange préparé en usine et prêt à l’emploi.

Les cloisons en blocs de plâtre reçoivent un lissage.

Des pro ls spéciaux galvanisés sont scellés dans les enduits à tous les angles saillants des baies non destinées à recevoir un chambranle.

La planéité, la verticalité et l’angularité du plafonnage sont conformes aux normes dé nies par le C.S.T.C. pour un degré de nition normale.

Un joint marqué est réalisé aux angles formés par des matériaux di érents en vue de réduire l’apparition de ssures erratiques provenant des mouvements ou retraits des matériaux.

Plafonds sous charpente

Les plafonds sous charpente sont construits de plaques de plâtre enrobées de part et d’autre d’une feuille de carton fort (gyplat ou similaire). Ces plaques sont xées au contre-lattage ayant servi à poser l’isolant de la toiture. Une couche de nition lisse est appliquée sur toute la surface. Un joint marqué est réalisé à l’angle formé par le mur et le plafond.

Remarque :
Les locaux non-plafonnés sont précisés au devis et concernent généralement le grenier, le débarras, la buanderie, le garage, la chaufferie qui sont considérés comme pièces non-habitables.

Marbrerie

Les appuis de fenêtres sont garnis de tablettes en marbre clair, avec arêtes arrondies (concerne les pièces habitables y compris le garage et la buanderie éventuelle).

Revetements de sol

CARRELAGE ET PLINTHE

Les revêtements de sol restent au choix du client.

Il est prévu du carrelage dans les pièces suivantes :

  • le hall d’entrée, la cuisine, le living, le déga- gement du rez, le WC, la ou les salle(s) de bains, avec un carrelage dont la valeur de fourniture est de 25 €/m2 (prix client HTVA) ;
  • le garage et la buanderie, avec un carrelage dont la valeur de fourniture est de 11 €/m2 (prix client HTVA).

Ce carrelage est choisi par le client dans la gamme présentée dans notre salle d’exposition ou celle d’un fournisseur agréé par Sotraba.

La pose est prévue pour un format maximum 45 x 45, collage sur chape, parallèle aux murs et à joint coulés. Pour un format supérieur ou toute autre pose, un supplément sera demandé.

Des plinthes sont prévues dans les locaux carrelés (sauf garage et buanderie non plafonnée). Pour la salle de bain ou salle de douche, des plinthes seront prévue pour les parties non faïencées. Elles sont réalisées par découpe et façonnage dans les carrelages de la pièce concernée.

 

CHAPES

Les chapes ont une épaisseur de 6 à 8 cm.

Elles sont prévues dans tous les locaux sauf combles ou greniers selon devis. Elles sont planes et constituées d’un mélange de ciment et de sable du Rhin.

Pour le rez-de-chaussée, il est prévu une isolation thermique via une sous-chape en mousse rigide de polyuréthane d’une épaisseur de 10 cm présentant d’excellentes caractéristiques thermiques et mécaniques.

FAÏENCES

Revêtement mural de salle de bains :

Dans nos offres de base, il est prévu d’office un revêtement mural dans la salle de bains pour le pourtour des baignoires et des douches jusqu’au plafond comprenant les faïences dont le prix de fourniture est de 25 € (prix client HTVA) (hors décors et frises éventuels) à choisir dans la gamme présentée chez un fournisseur agréé par Sotraba. Le resserrage de la baignoire est réalisé en faïences également. Pour la douche, le resserrage sera fonction du type de tube.

Un décompte sera éventuellement établi sur base des choix du client (choix des faïences, quantités mises en œuvre, appareillages souhaités, ...).

Chauffage

L’installation de base prévoit un chau age au gaz naturel, de type bitube avec chaudière murale étanche et à condensation (avec production d’eau chaude sanitaire), radiateurs en acier de type Henrad Premium Line (habillage supérieur et latéral intégrant l’alimentation), vannes thermostatiques et thermostat d’ambiance avec programmation journalière à placer dans le living. Les canalisations de raccordement des radiateurs sont encastrées dans les murs.

Le calcul des besoins énergétiques est effectué sur d’une température extérieure de -8°C et les températures des locaux devront être :

  • living et bureau : 22 °C
  • cuisine : 20 °C
  • salle de bains : 22 °C
  • chambres et hall : 18 °C

Les WC, garage, buanderie, sous-sol, réserve, combles ou grenier ne sont pas chauffés sauf conventions contraires.

L’installation chiffrée dans le devis deffnitif résulte du choix du client.

S’il n’y a pas de gaz naturel disponible en rue, Sotraba peut proposer en variante des solutions en pompe à chaleur, citerne à gaz ou chauffage mazout.

Sanitaires

APPAREILS

Les appareils sanitaires, robinetterie et accessoires sont standards de premier choix, la couleur est le blanc et la robinetterie est en laiton chromé, selon le descriptif détaillé des appareils sanitaires et accessoires de base ci-dessous.

Le client reste maître de son choix dé nitif.

Le nombre d’appareils est précisé lors de l’étude du prix dé nitif. Un décompte sera éventuellement établi en fonction du choix du client auprès d’un fournisseur agréé par Sotraba.

TYPE DESCRIPTIF
WC suspendu 1 cuvette blanche suspendue (INTR STAR)
1 bati support Geberit
1 plaque de commande à 2 touches blanches Geberit
1 siège WC blanc charnières inox (HRO New Comfort).
Lave-mains 1 lave-mains blanc 37.5 cm (INTR STAR)
1 robinet de lave-mains Costa GROHE
1 crépinette de lavabo 5/4 à bouchon.
Baignoire 1 bain acryl Ulysse 170 x 75
1 vidage automatique BAIN
1 mitigeur GROHE Eurostyle B/D complet.
Meuble Multi simple 1 plan de toilette en marbre de synthèse (largeur 70 cm et épaisseur 2 cm) avec vasque intégrée
1 meuble bas 70 cm, 2 portes avec surfaçage en mélaminé
1 miroir de 70 cm par 35 cm
1 élément éclairage (spot 60 W)
1 mitigeur GROHE Eurostyle chromé.
Meuble Multi double 1 plan de toilette en marbre de synthèse (largeur 120 cm et épaisseur 2 cm) avec double vasques intégrées
1 meuble bas 120 cm, 2 portes avec surfaçage en mélaminé
1 miroir de 120 cm par 70 cm
1 élément éclairage (spot 60 W)
2 mitigeurs GROHE Eurostyle chromé.
Douche 1 tub Acryl ESQU 90 x 90 x 4.5 blanc
1 mitigeur GROHE Eurostyle douche (NUE)
1 rampe de douche 60 cm.

PLOMBERIE

L’installation est prévue au départ du compteur de la compagnie distributrice, censé se trouver dans le bâtiment.

Elle comprend l’alimentation en eau chaude et froide, réalisée en tube d’acier galvanisé, de cuivre ou de polyéthylène multicouche. Les décharges sont en PVC; les raccords à l’égout intérieur se font par pièces spéciales de réduction totalement hermétiques à l’air. Le mode de production de l’eau chaude est assuré par la chaudière.

Une arrivée d’eau chaude et d’eau froide ainsi qu’une décharge sont prévues dans la cuisine. Une arrivée d’eau froide et une décharge sont réservées pour une lessiveuse à l’endroit indiqué sur le plan de l’architecte. Dans le garage, un robinet d’eau froide est prévu après le compteur.

Le réducteur de pression éventuel n’est pas compris dans l’installation.

Ventilation

APPAREILS

La ventilation des locaux est assurée par un système de ventilation mécanique (système type D selon la NBN D50001).

Ce système comprend :

  • Les ouvertures d’alimentation mécanique d’air pour les locaux « secs » qui sont réalisées par des gaines reliées à un groupe doubleux. L’air amené est préalablement réchau é lors de son passage dans l’échangeur du groupe ;
  • Les ouvertures d’évacuation mécanique d’air pour les locaux « humides » qui sont réalisées par des gaines d’évacuation reliées au groupe. L’air extrait est rejeté à l’extérieur via un débouché situé en toiture, après avoir cédé de la chaleur au réseau de pulsion via l’échangeur de chaleur ;
  • Les ouvertures de transfert qui sont réalisées par un jour au bas des portes intérieures des di érents locaux concernés.

Electricite

APPAREILS

L’installation électrique est conforme à la réglementation en vigueur et notamment au règlement général sur les installations électriques. Elle répond également aux conditions imposées par la société de distribution d’électricité.

L’emplacement exact de tous les éléments décrits ci-après est déterminé avec le client avant le début des travaux.

L’installation est encastrée dans tous les locaux habitables et apparente dans les locaux non enduits. Elle est réceptionnée par un organisme agréé avant mise sous tension.

Description de l’installation de base :

  • tableaux installés dans un co ret divisionnaire avec fusibles automatiques et repérage des di érents circuits ;
  • deux disjoncteurs di érentiels ;
  • liaison équipotentielle et raccordement général à la boucle de terre ;
  • coffret 25S60 ;
  • non compris : raccordement du compteur à la ligne.

Le descriptif ci-contre constitue une base. Il est établi de façon détaillée lors de l’étude de prix en fonction des caractéristiques du plan et des choix des clients et fera l’objet d’un décompte éventuel.

PIÈCE DESCRIPTIF
Garage 1 point lumineux 2 directions
1 prise double
1 alimentation pour chaudière
1 prise simple pour le moteur éventuel de la porte sectionnelle.
Cave 1 point lumineux 1 direction
1 prise simple.
Hall – dégagement 1 point lumineux 2 directions
1 prise simple
1 circuit sonnerie + sonnerie
1 point lumineux extérieur.
Dégagement étage 1 point lumineux 2 directions.
WC 1 point lumineux simple.
Living 2 points lumineux 2 directions
4 prises doubles
1 blochet avec câble UTP catégorie 5 et câble coaxial
1 tubage thermostat.
Cuisine 1 point lumineux 2 directions
2 prises doubles
3 prises simples (pour le frigo, le four micro-onde et la hotte)
3 prises sur ligne directe (taque de cuisson, four et lave-vaisselle) ; 1 point lumineux extérieur.
Bureau 1 point lumineux 2 directions
2 prises doubles
1 blochet avec câble UTP catégorie 5 et câble coaxial.
Salle de bains 1 point lumineux bipolaire
1 prise.
Chambre 1 point lumineux 2 directions
4 prises simples
1 blochet avec câble UTP catégorie 5 et câble coaxial.
Grenier 1 point lumineux simple.
Buanderie (éventuelle) 1 point lumineux simple
2 prises sur ligne directe
1 prise simple.

Menuiseries intérieures

Dans nos offres de base, il est prévu ce qui suit :

PORTES INTÉRIEURES

Les portes intérieures sont de type « à peindre », de style ou design, à surface lisse ou nervurée selon liste en annexe avec quincaillerie en alliage léger et serrure à pêne dormant demi-tour.

Le nombre de portes est précisé dans le descriptif du devis. Le client peut choisir d’autres modèles de porte présentés dans la salle d’exposition d’un fournisseur agréé par Sotraba. Le devis dé nitif tiendra compte de ce choix et des éventuelles adaptations de prix.

ESCALIER

L’escalier vers l’étage est réalisé conformément au plan d’exécution en hêtre ou en movingui sans contre-marche ou avec contremarche simple face (selon devis), équipé d’une rampe dont les fuseaux sont droits avec coins adoucis. Les contres marches sont réalisées en panneau surfacé de 10 mm.

L’éventuel triangle sous l’escalier sera fermé par une cloison légère ou une cloison en plâtre (selon devis).

La balustrade éventuelle sera identique à la rampe.

ESCALIER ESCAMOTABLE

Pour l’éventuel accès à l’étage sous toiture (combles), il est prévu un escalier escamotable placé dans le hall de nuit (en fonction de la conception de la maison).

PARQUET STRATIFIÉ

Pour les chambres et le hall de nuit, il est prévu un revêtement strati é avec surfaçage en mélaminé. La valeur fourniture et pose est de 37 €/m2 HTVA. Les plinthes sont assorties au revêtement choisi.

EBRASEMENT MDF

Pour les locaux non plafonnés, il est prévu un ébrasement MDF à peindre autour des fenêtres (y compris le garage et les combles).

Les garanties

Depuis 2013, SOTRABA fait partie du groupe THOMAS & PIRON ce qui nous permet de béné cier de LA FORCE D’UN TEAM tout en gardant la souplesse et la proximité d’une entreprise à taille humaine

  1. AGRÉATION
    SOTRABA est agréé en Catégorie D (Entreprise Générale du Bâtiment) et en Classe 6, ce qui nous autorise à réaliser simultanément des travaux pour plus de 3 225 000 € dans le domaine des marchés publics.
  2. LOI BREYNE
    La loi BREYNE est l’UNIQUE PROTECTION du candidat-bâtisseur en droit belge.
    Sachez que l’engagement d’offrir un SERVICE GLOBAL de construction ne peut être fait que sur la base d’un contrat UNIQUE respectant scrupuleusement la loi BREYNE.
    Contrat de promotion = obligation de résultat
  3. CHARTE DES CONSTRUCTEURS
    Les Signataires de la Charte s’engagent à garantir l’application de l’Intégralité de la Loi BREYNE.